Le tunnel dans l’art

Ces installations ci-dessous, souvent in-situ et sous forme de tunnel, proposent au spectateur un déplacement dans l’œuvre, une immersion parfois totale dans une ambiance créée par l’artiste. Pour certaine, l’exploitation d’un matériau suffit à interroger l’espace investi.

  • Tadashi KAWAMATA, Gandamaison, 2008

Cette installation est une construction fragile de 5000 cagettes en bois, de légumes et de fruits, qui forment une caverne.
L’ensemble constitue une structure architecturale que le spectateur peut arpenter lui-même, il peut rentrer à l’intérieur et la traverser.

 

  • Olafur ELIASSON, One-way colour tunnel, 2007

Ce passage est construit à l’aide de vitraux triangulaires de multiples couleurs, qui donnent un effet kaléidoscopique à l’ensemble.
Le matériau principal de cette œuvre est la lumière qui permet de créer un jeu de couleur et une ambiance très particulière que le spectateur doit physiquement explorer.
Ce tunnel peut faire penser à un passage interstellaire, passage d’un monde à un autre.

 

  • Collectif Numen for Use, Tape, 2014-2015

L’installation a été réalisée au Palais de Tokyo, à Paris.
Ce cocon labyrinthique est fait de large scotch transparent ajouté couche après couche, assez solide pour supporter le poids de quelques explorateurs.
La forme organique translucide se déploie au-dessus de la tête des visiteurs du Palais de Tokyo.

Crédits images : http://www.numen.eu/home/news/

 

  • Wang DU, Le tunnel d’espace-temps, 2004

Dans « Tunnel espace-temps », on pénètre à l’intérieur d’un tunnel qui s’avère être un gigantesque intestin aux parois recouvertes d’écrans de télévision. Après un trajet sinueux dans le monde de l’information internationale, on en sort par un toboggan, débouchant face à une gigantesque boule de papier qui matérialise le déchet du traitement de l’information.

 

  • CHRISTO et Jeanne CLAUDE, The Gates, 2005

L’installation a été réalisée au Central Parc à New York (USA).
Il a été présenté durant seize jours du 12 au 28 février 2005. Ce fut un parcours de 37 kilomètres à travers Central Park à New York, ponctué de 7 500 portiques, hauts d’environ cinq mètres, placés à 4 mètres d’intervalle et tendus d’un rideau de tissu vinyle de couleur orange-safran.

Selon Christo :  » C’est une sorte de chemin lumineux. Lorsque le soleil brille derrière les toiles, elles sont d’un jaune doré. Les parties à l’ombre deviennent presque rouges.  »

 

  • Cildo MEIRELES, Entrevendo, 1970-1994

Entrevendo est une œuvre monumentale qui exige la participation directe du téléspectateur.

Un système de lattes de bois et de grands anneaux circulaires forme une énorme structure tubulaire conique. Le résultat est un tunnel de neuf mètres de profondeur avec une ouverture de trois mètres dans le diamètre. À la fin se trouve un ventilateur qui produit une spirale d’air chaud sur la longueur du tunnel.

À l’entrée, on donne aux visiteurs deux petits morceaux de glace à mettre dans la bouche. On est légèrement courbé avec une sensation de salé avec en même temps une douceur générée par l’air chaud soufflé au bout du tunnel.
L’expérience à l’intérieur de l’installation provoque donc de multiples sensations que le spectateur est invité à expérimenter.

 

  • Henrique OLIVEIRA, Transarquitetonica, 2014

Installation réalisée au Museu de Arte Contemporanea da Universidade de São Paulo., au Brésil.
Comme pour son travail sculptural et son installation antérieure, l’œuvre monumentale est construite à partir de « tapumes », une sorte de revêtement temporaire en bois bon marché qui est couramment utilisé pour les chantiers de construction.
Oliveira réutilise les pièces de bois comme une peau cloué à un cadre organique qui ressemble intentionnellement à un grand système racinaire.

 

  • Atelier YokYok, Les voûtes filantes, 2015

Installation in situ, réalisée pour le Festival Juin Jardins à Cahors (France).
Dans un jardin, au coeur d’une abbaye, l’atelier Yok Yok a créé des voutes sur les chemins reliant le centre du jardin. L’ensemble est constitué de fils de couleur bleu et les spectateurs peuvent circuler et déambuler à l’intérieur de ces couloirs.

Crédits images : http://www.atelieryokyok.com/

Publicités